• Gani JAKUPI

    Gani JAKUPI 














    Créateur aux multiples facettes, scénariste de BD, illustrateur de ses propres albums et de ceux d’autres auteurs, compositeur, photographe, écrivain …  Gani Jakupi
    est l’invité de la 2ème édition du Salon du livre des Balkans. 
     
    Evelyne Noygues pour Albania
    - Vous êtes né dans les Balkans. Etes-vous traduit, publié, lu dans les Balkans ?
    Gani Jakupi
    - Durant mon enfance, et mon adolescence, j’ai publié au Kosovo, en Serbie, en Croatie, en Bosnie… Depuis mon départ en France, je crois n’avoir  jamais été traduit.

    E. N.

    - Lisez-vous beaucoup de BD d'auteurs des Balkans ? Si, oui lesquels ? Qu'est-ce qui vous plait et vous déplait ?
    Gani Jakupi
    Non, hélas, je n’ai quasiment plus accès à ce qui se publie dans les Balkans. J’ai perdu presque tous les contacts. Mon grand ami Igor Kordej m’a récemment rendu visite à Barcelone, et il m’envoi de temps en temps de ses livres, mais maintenant il travaille exclusivement pour des éditeurs étrangers (je suppose qu’il doit être traduit en Croatie, où il est retourné vivre, mais je n’en sais pas grande chose non plus)

    E.N.

    - Une carte blanche vous est consacrée par le prochain Salon du livre des Balkans, les 25 et 26 juin prochains. Comment l'envisagez-vous ?
    Gani Jakupi
    - 
     Ah ça- ça sera la "surprise du chef" ! Il faudra s’y rendre pour la connaître.

    E. N.

    - Après la BD et la musique, y a-t-il d'autres genres que vous aimeriez expérimenter ?
    Gani Jakupi 
    Ne remuez pas le couteau dans la plaie ! Je serais heureux si j’avais du temps pour me consacrer à la photo, à la peinture, à l’animation… j’avais entrepris l’édition vidéo et j’étais plein d’entrain… Mais la réalité professionnelle est sans pitié : il me faut choisir mon camp, et m’y retrancher !

    E.N.

    - Quelle est votre prochaine actualité en matière de BD ? ou dans le domaine de la musique ?
    Gani Jakupi 
    - Fosse commune,
    sur mon expérience dans le milieu des reporters de guerre, sortira dans la collection Noctambule au début du 2012, et un diptyque, dont le titre de travail est Comandante Yankee, est programmé pour la fin 2012 – début 2013, dans la collection Aire Libre (Dupuis). Entre temps, il y aura une mini série, avec Marc N’Guessan au dessin, L’âge du chien, chez Dargaud. Je commence une collaboration avec l’excellent dessinateur italien Thomas Campi. D’autres projets sont en procès de préparation, mais il est tôt d’en parler.
    Quant à la musique, Aldea, le premier CD de ma formation jazz sortira à la rentrée, probablement en octobre.

    E.N.

    - Après ou avant le Salon du livre des Balkans à Paris, serez-vous de nouveau en France pour la BD (ou en tant que musicien) ? Quand et à quelle(s) occasion(s) ?
    Gani Jakupi
    -
    Je ne peux pas donner de dates, mais je viens régulièrement à Paris pour voir mes éditeurs. Par contre, n’ayant aucune nouveauté cette année, et étant débordé avec les projets en cours, je ne pense pas participer à d’autres salons ou festivals jusqu’à l’année prochaine. Il en va de même pour la musique : je prévois commencer les tournées au printemps de 2012. Par contre je ne sais pas si je vais monter à Paris avec ma musique. Les concerts à Paris, ce n’est pas évident et même pas forcément toujours intéressant, tant qu’on n’a pas un "nom vendeur"
     

    Propos recueillis et mis en forme par ©Evelyne Noygues pour Albania.
    Gani Jakupi  photographie de Hazir Reka responsable régional REUTERS

    Retrouvez la suite de l'entretien de Gani Jakupi  en cliquant sur www.association-albania.com